«Le plein, s’il vous plaît!»

Download PDF

«Le plein, s’il vous plaît!»

L’Office fédéral de l’énergie (OFEN), en collaboration avec les exploitants de l’infrastructure de charge et swisstopo, a créé une base de données offrant un aperçu des stations de charge sur le territoire suisse, et de leur disponibilité en temps réel.

 

Elektro auto

Écologiques, économes et silencieux, les véhicules électriques sont en plein essor. La «Feuille de route pour la mobilité électrique» du Conseil fédéral a pour objectif de porter à 15 % la part des véhicules électriques dans les nouvelles immatriculations d’ici à 2022. Mais pour rouler, ces derniers ont besoin de courant, et donc de stations de charge.

La plateforme www.je-recharge-mon-auto.ch offre un aperçu des bornes des plus grands réseaux de recharge du pays, et de leur disponibilité en temps réel: il suffit de quelques secondes pour qu’un signal s’affiche sur la carte lorsqu’une voiture se branche. Le dispositif comporte actuellement quelque 2000 sites sur l’ensemble du territoire suisse, et il en recense constamment de nouveaux.

Des données en accès libre

L’OFEN a collaboré avec swisstopo et l’ensemble de la branche pour établir le socle de cette plateforme. Celle-ci est en accès libre, une condition sine qua non pour la coopération, comme l’explique Martin Hertach, responsable du service Géoinformation de l’OFEN: «La branche réclamait cette base à la Confédération. Nous étions d’accord à la condition qu’elle accepte de publier les données en Open Government Data. Nous avons donc passé un accord écrit avec tous les exploitants des stations de charge recensées sur la carte.»

La mise à disposition de ces données en accès libre permet d’autres applications: «Elles peuvent par exemple être utilisées dans les domaines de recherche qui étudient la progression de la transition énergétique, le développement de l’électromobilité en Suisse», indique Martin Hertach. Le projet ouvre également des perspectives économiques: «On peut analyser les zones de desserte dans lesquelles la création de valeur économique est mesurable. Sans oublier les questions d’ordre socioéconomique: une plus forte densité de véhicules électriques peut ainsi suggérer que la région compte davantage d’habitants à revenu élevé.»

Hertach + Foletti

Données en temps réel: une première

Pour l’OFEN comme pour swisstopo, l’utilisation de données en temps réel était une nouveauté sur le plan technologique. Martin Hertach en est persuadé: «Avec la numérisation croissante, les informations en temps réel vont devenir de plus en plus importantes. Pour nous comme pour swisstopo, c’était une formidable occasion d’acquérir un savoir-faire et de concrétiser un projet.» Mais le parcours n’a pas été dénué d’obstacles: «Les données provenaient de sources et d’exploitants très différents. Il a fallu trouver un langage commun.»

Du roaming comme pour les portables

Lorsqu’on roule en véhicule électrique, on est client d’un des grands exploitants du réseau de charge. Est-ce à dire que l’on ne peut se brancher que dans certaines stations? «Non, rassure Martin Hertach. Téléchargez l’application de votre exploitant sur votre téléphone, mais aussi celles des autres. Ainsi, vous trouverez toujours une station où charger votre voiture et payer, la plupart du temps via le système de roaming de votre exploitant ou par carte de crédit. Le prix dépendra de l’application utilisée.»

Le roaming, ou itinérance, est bien connu des utilisateurs de portables. Mais comment fonctionne-t-il pour les stations de charge? «Exactement comme pour les téléphones, explique Martin Hertach. Si vous êtes client de Swisscom, mais que vous n’avez ponctuellement accès qu’au réseau Sunrise, vous pouvez malgré tout téléphoner ou échanger des données grâce au roaming entre fournisseurs. Avec les gestionnaires de l’infrastructure de charge, c’est la même chose. Les prestataires échangeaient déjà des données entre eux au moyen d’un langage commun. Pour nous, c’était un vrai coup de chance. Autrement, nous aurions dû mettre au point une nouvelle norme d’échange et organiser une procédure de consultation avant de l’implémenter. Avec tous les exploitants, qui sont parfois des entreprises internationales, cela nous aurait pris deux ans de plus, sans parler du surcoût.»

Coordination, Services et Informations Géographiques: le domaine COSIG fête ses 20 ans

Le domaine COSIG, acronyme de Coordination, Services et Informations Géographiques, a vu le jour au 1er janvier 2000. Sa mission? Créer un service coordonné de géoinformation pour éviter qu’offices et cantons aient à construire leur propre infrastructure. Sous l’influence de COSIG, swisstopo s’est transformé, passant du statut de fournisseur de géodonnées élaborant des cartes à celui d’un centre fournissant des produits et des services à tous les citoyens et citoyennes suisses. «Avec le géoportail map.geo.admin.ch, COSIG a créé un outil qui procure des bénéfices multiples et variés à tous.»

En savoir plus sur COSIG

Views All Time
52
Views Today
1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*