Eau disponible pour les plantes : Les arbres disposent de toujours moins d’eau (OFEV)

Download PDF

Dans les zones jaunes à rouges (surtout bordeaux), il faut s’attendre à des effets nuisibles dus à la sécheresse. Tendance : les zones jaunes à rouges s’étendent de plus en plus d’une année à l’autre (période de 1981 à 2018).

 


Lien vers la carte: map.geo.admin.ch

  • Les plantes et les sols rejettent de l’eau dans l’atmosphère ; plus l’air est chaud et sec, plus les volumes rejetés sont importants. L’eau s’évapore par les feuilles des plantes. L’évapotranspiration correspond à l’ensemble du volume d’eau rejeté dans l’atmosphère.
  • L’évapotranspiration actuelle (ET) dépend de la disponibilité effective en eau (quantités de précipitations et capacité des sols à stocker ces dernières). L’évapotranspiration potentielle (ETP) correspond à la quantité d’eau rejetée dans l’atmosphère lorsque l’eau est disponible en quantité suffisante.
  • Si le rapport ET/ETP est inférieur à 0,8, il faut s’attendre à des effets nuisibles dus à la sécheresse : les stomates restent souvent fermés, ce qui limite la photosynthèse.
  • Dans les zones bleues (surtout bleu foncé), la situation n’est pas problématique. Dans les zones jaunes à rouges (surtout bordeaux), il faut s’attendre à des effets nuisibles dus à la sécheresse.

Période 1981-2018, avril à août, résolution 250 m x 250 m. Source : Remund et al. (2016)

Views All Time
34
Views Today
1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*